Un beau jour ou peut-être une nuit, près d’un lac… Ah oui, non, zut, c’est pas celle-là. J’étais plutôt sur « ma plus belle histoire d’amour, c’est… » vous tous, présents en Oxymorie.

Parce qu’il y a quelques mois le lancement d’Oxymore and more ressemblait à un saut dans le vide avec un parachute de la taille d’un dé à coudre (très esthétique, à paillettes et tout ça, mais pas super rassurant), qu’on se faisait un décollage Dumbo avec les grandes oreilles prêtes à écouter vos histoires singulières d’entrepreneuriat, et la plume pour les sublimer et fédérer vos équipes autour du sens véritable de votre aventure commune, et de vos valeurs fortes et spécifiques.

Parce que le pari d’une immersion en entreprise pour un accompagnement authentique à nommer le vrai pour le sublimer était un peu fou tout de même (faut la supporter hein, l’oxymorienne).

Parce que depuis j’ai… été la mascotte d’un atelier de routiers, la belle-fille adoptive d’un chef de chantier, la muse d’un facilitateur qui avait perdu son nom, la reine d’un notaire atypique, la plume d’une ruche, la “machette” d’un Codir…  Que j’ai animé les comex de grands groupes, fait des ateliers d’écritures explosifs avec des ambassadeurs de caractère dans des entreprises en pleine mutation, pris des fous rires jusqu’aux larmes ou été émue pour le même résultat… Parce qu’en co-construction, jamais avec le même modèle, jamais avec la même méthode, mais toujours avec le même plaisir, on a sorti ensemble des raisons d’être folles, des baselines fortes, des 15 secondes à tomber par terre, et donné des noms chargés d’histoires à de futures structures.

Parce qu’on m’a appelée « maître » aussi bien que « la petite stagiaire », « l’experte », ou juste « So »… mais presque jamais Sonia, et encore moins Madame.  Que j’ai découvert à chaque nouvelle aventure des nouveaux humains attachants, brillants, des personnes et des personnalités. Que chaque rencontre a changé un peu de moi à jamais, et que les sourires et les regards doux resteront gravés. Que j’ai découvert la générosité jolie de canards en chocolat géants pour Pâques, de croisières sur la Saône, de carnets gravés à mon nom, de bulles de Champagne, de textos qui disent merci avec des mots qui n’existaient pas encore.

Pour toutes ces raisons et plus encore, et parce qu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis, Oxymore communiquera à partir de la rentrée sur toutes ses belles histoires, ses belles créas, ses belles rencontres. Un jour il y en aura une moche, je l’attends de pied ferme… enfin disons que, vacances obligent, je l’attends de pied marin.