Cododo, Cohésion, Cocorico… L’ère est au « co », qu’on se le dise. Et comme tout mot (oui, ce n’est pas un mot, c’est un préfixe, mais est-ce que vraiment on accorde de l’importance au juste mot ici ? Oui ? Ah. Zut.) très utilisé, très très utilisé, bien trop utilisé… il est vidé de son sens.

Et c’est parti pour le management en co-création, en co-réflexion, en co-construction… Sauf qu’il ne suffit pas de le dire pour le faire, et qu’un suffixe ne dit pas tout du mot (petite pensée pour le cocon quand même).

Du coup quand mon entreprise est réellement investie dans cette démarche positive d’implication par l’écoute active de chacun, par la mise en valeur de tous les talents (même Martine de la compta) et par un socle de valeurs communes qui ne sont pas du flan… Comment je fais ? Noyé dans la masse du « green washing » par le Co… comment fédérer autour d’un concept qui commence à inonder les réseaux sociaux… Mais où est la bouée ?

C’est la lessive qui lave plus blanc que blanc, la banque qui est là pour ses clients, l’assureur militant… c’est bien dit, c’est joli, mais c’est du bruit.

Alors, Oxymore, c’est formidable de nous expliquer que trouver le véritable différenciant de nos entreprises passe par une démarche de fouilles en spéléo au cœur du réacteur, et l’écoute de toutes les parties prenantes… Mais POUR DE VRAI, ça fait quoi ?

Cocréer une identité de marque, c’est possible ? Efficace ? Des ateliers d’écriture avec nos équipes pour identifier le vocable d’entreprise, en sortir une charte, une identité, une raison d’être… trop beau pour être vrai ! Et pourtant… dans ces ateliers, durant ces journées d’immersion, quand nous vous écoutons, quand nous entendons ce que vous ne dites pas au milieu de ce que vous dites… Quand nous vous faisons jouer sur les mots, et avec eux… C’est une petite magie qui opère. Des textes forts, incarnés, authentiques. Une cohésion par le plaisir de créer ensemble un livrable qui aura du sens, et sera pérenne.

Il ne s’agit pas de réinventer la roue en la faisant, il s’agit de vous tailler une sémantique sur-mesure, une seconde peau. Parce que si nous commençons par tous parler la même langue, nous avons plus de chances de nous comprendre…